« Harraga, Harraga »

Omar 17 ans, Zackarya 15 ans, Souleymane 15 ans, Younes 15 ans, et Mohammed 17 ans, sont arrivés à Ceuta à la nage en mai dernier avec près de 8.000 autres migrants marocains et subsahariens. Alors que la plupart des adultes ont été directement renvoyés au Maroc, eux sont restés à Ceuta. L’UNICEF estime que 300 à 500 mineurs vivent dans les rues de l’enclave espagnole de 20 kilomètres carrés.

 

Certains d’entre eux ont été hébergés quelques temps dans un centre pour mineurs mais rapidement ils ont préféré s’enfuir par peur d’être renvoyés au Maroc. En août, l’Espagne a d’ailleurs commencé à renvoyer près de 300 mineurs marocains.

Livrés à eux mêmes, ces jeunes mineurs vivent depuis près de trois mois dans la rue, se nourrissant comme ils peuvent des dons de certains habitants, en mendiant devant les supermarchés de la ville. Parfois attaqués pendant la nuit, ils dorment dans des abris de fortune dans les montagnes surplombant la ville.

 

Ces jeunes « Harraga » (en dialecte « brûleurs de frontière ») comme ils s’appellent fièrement, passent leurs journées à scruter les ferries qui leur permettront peut être un jour de traverser les 14 kilomètres qui les séparent de leur plus grand rêve: l’Europe.

 

– Août 2021 –

© Paloma Laudet paloma.laudet@gmail.com
ArabicEnglishFrench